02-2016 - Nouvelle lettre pastorale autour de la miséricorde

A l'occasion du Carême, Mgr Castet nous offre une cinquième lettre pastorale. Une réflexion sur la miséricorde et le pardon dans une lettre pastorale simple et accessible à tous. S'inscrivant à la suite du Pape François, dans la dynamique de l'Eglise en cette Année de la miséricorde, notre évêque nous invite à découvrir la richesse du pardon et du sacrement de réconciliation. Afin de nous éclairer sur cette démarche, il répond à nos questions ... 

 

 

_MG_8129

Mgr, en cette année jubilaire, vous nous offrez votre réflexion sur la miséricorde. Pourquoi une telle lettre pastorale ?

Mgr Castet : Cette lettre s'inscrit dans une plus large réflexion d'Eglise. Le pape vient de donner un écrit à la fois très profond et très simple autour de la miséricorde et du pardon. L'Eglise révèle ainsi que la miséricorde est le contenu du dialogue entre l'homme et Dieu. Ce mode de relation avec Dieu signifie bien que la miséricorde n'est pas un « à côté » mais le cœur même de la vie chrétienne. C'est aussi la manière dont nous vivons et dont nous sommes invités à vivre avec ceux qui nous sont proches.

 

 

Est-il important de le redire au travers d'une lettre pastorale ?

Mgr Castet : Paradoxalement, tout ce qui est essentiel a besoin d'être redit, d'être réaffirmé. C'est un peu comme dans une famille, nous savons bien que nous nous aimons, mais nous avons besoin de nous le redire aussi. Cette lettre permet ainsi de fonder ces réflexions dans l'écriture, dans l'expérience spirituelle et dans la pratique de l'Eglise. 

 

_MG_2838

Dans votre lettre, vous nous rappelez l'importance de la confession, est-elle appelée à  un vrai renouveau ?

Mgr Castet : Je crois que le Seigneur nous a donné dans le sacrement de la réconciliation, du pardon et de la miséricorde, un trésor extraordinaire. Beaucoup de gens sont accablés par ce qui dans leur vie leur semble être une fin. Le seigneur nous montre qu'il y a toujours une espérance, quelles que soient les pesanteurs et les lourdeurs : rien n'est jamais définitivement clos. Ce sacrement, mais aussi notre témoignage de chrétiens, sont des richesses offertes à tous. Se priver de cette miséricorde, de ce pardon de Dieu qui ouvre des portes nouvelles, c'est aussi s'enfermer dans une forme de désespérance. Jésus nous dit qu'il y a toujours une porte, et que la mort, le mal et le péché n'ont pas le dernier mot. C'est un essentiel. Beaucoup de gens n'en sont pas convaincus, ils sont tellement accablés qu'ils s'imaginent que c'est la fin. Or, il y a toujours un avenir.

 

 

Vous nous parlez de la miséricorde du Père, source de joie intérieure et de guérison. Mais y a-t-il des limites à cette miséricorde ? Dieu peut-Il tout pardonner ?  

Mgr Castet : Nous voyons dans l'écriture la surabondance du cœur de Dieu. Quand nous lisons l'évangile de Cana ou celui de la multiplication des pains, nous pouvons ne voir que le miracle. Mais, si nous voyons le sens profond, nous y retrouvons la figure de la surabondance du don de Dieu. Ainsi, je ne vois pas comment nous pouvons établir des limites à la générosité de Dieu.

 

« Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde », vivre et célébrer la réconciliation est le titre de cette nouvelle lettre pastorale. La lettre est disponible en ligne sur ce site et gratuitement sous forme de petit livret dans toutes les paroisses du diocèse.

Télécharger la lettre

 

 

_MG_8117

 

Facebook


Calendrier

Novembre, 2017
< << Aujourd'hui >> >
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30      

Facebook

FB

Widget don

2017 Denier - Widget

Widget Conférences

  Conference eglise et societe logo Widget

Publicite

Don
Cycle mariage
Conférence
Cloture Jubilé
3 ouvrages

 

Widget Newsletter

Inscrivez-vous aux newsletters

Widget Annuaire

 Widget Annuaire

Widget Rechercher document

 Widget Rechercher document

Widget Messes Info

Widget Messe Info