Denier de l'Eglise : un don pour la mission !

« Nous annonçons la Bonne Nouvelle à tous les hommes, grâce à vous ! ». La campagne 2018 pour le denier de l'Eglise est lancée officiellement le dimanche 11 février dans le diocèse de Luçon mais aussi dans toute l'Eglise de France. Contrairement à certaines idées reçues, l'Eglise diocésaine ne reçoit aucune aide, ni du Vatican, ni de l'Etat : elle ne vit que de dons. Le soutien financier de chacun, selon ses possibilités, est donc essentiel !

 

Le denier de l'Eglise fait vivre 260 prêtres en Vendée, dont 184 sont en activité et 75 en retraite. Le denier est la ressource de l'Eglise dont le fruit est consacré à faire vivre ceux qui donnent leur vie pour annoncer la Bonne Nouvelle, de la formation des séminaristes, jusqu'à l'accompagnement des prêtres aînés. Ce n'est pas un don comme un autre. Il est libre tout en relevant du devoir pour chaque baptisé de participer. En donnant au denier, les fidèles donnent à l'Eglise les moyens d'accomplir sa mission. Sans cette générosité des fidèles, les prêtres de Vendée ne pourraient recevoir un traitement digne ni exercer leur ministère dans de bonnes conditions.

 

En effet, les prêtres des paroisses portent au quotidien la mission de l'Eglise : évangélisation, célébrations et écoute sont les piliers de leur sacerdoce. Pour annoncer la Bonne Nouvelle du Christ, l'Eglise propose des temps de rencontre et de partage en paroisse. Elle anime aussi les aumôneries dans les écoles, les hôpitaux ou encore dans les prisons. La célébration des sacrements qui ponctuent les moments essentiels de la vie des chrétiens est au cœur de son action quotidienne. Les prêtres, aidés de leurs équipes paroissiales, sont présents pour la préparation et la célébration des sacrements : mariage, baptême, eucharistie. Ils célèbrent la messe du dimanche et témoignent de l'espérance du Christ lors des funérailles. L'Eglise apporte aussi écoute et réconfort aux plus fragiles et à ceux qui en ont le plus besoin : malades, personnes âgées et toutes les personnes isolées qui frappent à sa porte. Le jubilé des 700 ans du diocèse, célébré en 2017, a été une belle illustration de cette mission : célébrer et annoncer le Christ au cœur de la vie de chacun.

 

2018 Denier - UNE Facebook

 

Sensibiliser toutes les générations à l'importance du denier

 

Le denier permet ainsi à chaque prêtre, depuis sa formation au séminaire jusqu'à sa retraite, d'exercer son ministère dans des conditions de vie favorables. En participant à la vie de l'Eglise par le denier, les fidèles assurent donc aux prêtres un soutien matériel, nécessaire pour exercer leur ministère. Ainsi, dans le diocèse, chaque mois, chaque prêtre, qu'il soit en activité ou à la retraite, reçoit 900 € environ : cela lui permet de se vêtir, se nourrir, se soigner et se déplacer... En 2016, le denier de l'Eglise a permis de collecter 1,85 million d'euros. C'est une somme importante mais à mettre en parallèle du traitement des prêtres et des cotisations sociales qui ont représenté près de 2 millions d'euros. Il a donc manqué 150 000 euros pour assurer le traitement des prêtres. Ce sont d'autres actions qui ont pâti de ce déficit puisqu'il a fallu affecter d'autres ressources pour pallier l'insuffisance du denier.

 

Mais le denier permet aussi de couvrir la rémunération de 44 laïcs en mission ecclésiale (LEME) qui œuvrent au côté des ministres du culte pour l'annonce de l'Evangile. Depuis de nombreuses années, c'est une des spécificités du diocèse de Luçon. Il est l'un des rares en France à percevoir un montant prélevé sur les collectes paroissiales et qui est ajusté selon des critères, en fonction de la taille de la paroisse. Cette somme, estimée à environ 1 million 100 000 euros, permet de couvrir les charges salariales des différents services diocésains, qui œuvrent aussi pour l'annonce de l'Evangile aux quatre coins de la Vendée.

 

A l'aube de cette nouvelle année, le diocèse de Luçon invite chacun à se sentir concerné par le denier : pour que dans un monde où l'individualisme semble primer, l'Eglise catholique puisse continuer à faire rayonner le Christ et son message d'amour !

 

2018 Denier - Je fais un don

 

Les prêtres vous disent merci !

 

Abbé Jean Augereau : « Merci aux diocésains qui nous permettent de vivre une retraite dans de bonnes conditions ! »

 

L'abbé Jean Augereau, âgé de 83 ans, est actuellement à la maison de retraite du clergé au Landreau (où résident 50 prêtres et travaillent 10 laïcs). Ancien curé de paroisse et ancien aumônier du Carmel de la Fouchardière, il témoigne combien le denier lui permet concrètement de vivre sa retraite dans des conditions décentes.

 

« La pension d'un prêtre au Landreau coûte 1 800 € par mois. Celle-ci est payée grâce à  ma pension de retraite de 412 €, l'allocation logement du conseil départemental de 170 €, les honoraires de messe d'environ 450 €, plus le traitement versé par le diocèse de 900 €. Il me reste donc environ 150 € chaque mois pour mes frais personnels (assurance, essence...). Je veux remercier chaleureusement les diocésains de Vendée : nous sommes très gâtés de vivre ici, dans cette belle maison, avec nos frères prêtres ».

 

2018 Denier - Pretre 3 photos Horizontal

 

Abbé Côme de Brisoult : « À chaque instant, donner le Christ à tous ceux que je rencontre »

 

L'abbé Côme de Brisoult est un jeune prêtre de 31 ans, en paroisse aux Sables d'Olonne, ordonné il y a un an et demi. Il partage son quotidien et dit combien il est important de s'engager financièrement par le denier.

 

« Voici quelques échos de mon jeune ministère : accompagnement des écoles et des enfants du catéchisme, préparation au baptême des enfants et des adultes, à la première communion, au mariage ; donner le sacrement de la réconciliation ; l'accueil des familles en deuil et la visite aux malades et aux personnes âgées... À chaque instant, il s'agit d'être entièrement disponible pour tous ceux qui sollicitent le prêtre ! Par votre don, vous me permettez de vivre la mission dans des conditions de vie correctes et agréables. Par votre don, vous soutenez et participez à ma mission de prêtre pour annoncer l'Evangile ! Soyez tous remerciés pour votre soutien généreux, fait dans l'ombre mais indispensable ».

 

 

 

2018 Denier - Bulletin don main - WebIls donnent à l'Eglise et ils témoignent !

 

Paulette : « Nous avons toujours donné au denier car l'Eglise fait partie de notre vie. Selon nous, ce n'est pas un dû mais bien un devoir. Nous recevons tellement de grâces : il ne faut pas toujours demander au Seigneur, mais il faut aussi savoir remercier, et en cela, le denier est un moyen concret de remercier et soutenir l'Eglise dans sa mission »

 

Philippe : « Faisons le pari de donner encore plus à l'Église et le Christ nous le rendra au centuple, certes non pas sur notre compte bancaire mais pour la joie de notre âme, pour la vitalité et le rayonnement de l'Eglise, qui est notre mère ! »

 

Benoît : « Je participe à la vie de l'Eglise par le denier depuis peu, précisément depuis le baptême de mon second enfant. En effet, lors de la réunion de préparation au baptême, j'ai eu la curiosité (et même un peu l'audace !) de demander au prêtre qui l'a baptisée de quoi il vivait financièrement. J'avais des idées préconçues, et il m'a expliqué que c'était le denier de l'Eglise qui permettait au diocèse de lui assurer un traitement correct. J'imaginais que c'était le Vatican qui le payait ! »

 

 

2018 Denier - Je fais un don

 

 

3 questions à Matthieu Le Truedic, économe diocésain

 

Quel premier bilan faîtes-vous de la campagne du denier pour l'année 2017 ?

 

Elle se termine en légère baisse par rapport à l'année précédente. Selon le prévisionnel 2017, nous devrions être à 6 millions 595 mille euros de dons (denier, collecte paroissiale, quêtes, casuel compris) en 2017 contre 6 millions 938 mille en 2016. Nous devrions cependant enregistrer un excédent total de notre budget diocésain de 600 mille euros environ, grâce à des produits exceptionnels (legs et successions notamment). Concernant le denier, le point positif est que le montant du don moyen progresse nettement. Il est passé de 85 € à 125 € ! Au niveau de la province de Rennes, (qui compte neuf diocèses dont celui de Luçon), le denier dans les diocèses est soit en baisse, soit en stagnation. Entre 2005 et 2016, il y a une baisse de 25 % du denier en Vendée et 22 % au niveau national.

 

Comment expliquer cette baisse depuis quelques années ?

 

Il y a des éléments factuels qui peuvent être apportés : les années d'élection, comme celle que nous avons vécue en 2017, enregistrent toujours des baisses du denier et on constate une incertitude sur l'avenir et une certaine forme d'appréhension. La difficulté aujourd'hui est que nous sommes confrontés à un secteur qui devient de plus en plus concurrentiel ! De nombreux organismes et associations sollicitent les fidèles. Aujourd'hui, on peut utiliser des moyens de plus en plus incitatifs, comme l'e-mailing, l'envoi de SMS, le démarchage téléphonique...

 

Une des explications de la baisse est aussi sans doute une fausse image que les gens ont de l'Eglise ! Ils pensent que l'Eglise est riche, que le Vatican donne de l'argent au diocèse, ou que le don fait pour le denier sert à couvrir les frais de fonctionnement de l'évêché ! En réalité, le denier couvre les frais de traitement des prêtres du diocèse et la formation des séminaristes (6 actuellement dans le diocèse). Enfin, de nombreux donateurs sont âgés et ne sont pas remplacés lorsqu'ils meurent.

 

Que faire pour que tous se sentent concernés par le denier ?

 

Il s'agit de sensibiliser tout le monde, notamment les jeunes familles : en effet, pour elles, le denier n'est pas forcément quelque chose de connu et de familier, contrairement à la génération des personnes plus âgées, pour qui le don à l'Eglise allait de soi. Lors des grands évènements de la vie (baptême, mariage...), nous devons les informer de la réalité de l'Eglise qui ne vit que de dons, même s'il est vrai que c'est parfois difficile déjà de leur parler du casuel (offrande faite à l'occasion des baptêmes, mariages, sépultures). Mais le denier permet de faire vivre l'Eglise, qui est auprès d'eux ! Parmi les pistes de réflexion, nous pensons au « micro don » qui pourrait être un prélèvement chaque mois, au lieu d'un don ponctuel chaque année. Nous réfléchissons aussi avec l'Enseignement catholique sur une éventuelle rémunération des LEME (laïcs en mission ecclésiale pour la catéchèse) au sein des établissements, par un petit don financier des parents. Rien n'est arrêté mais toutes les idées sont à étudier...

 

 

Quelques chiffres

 

80 € = 2 jours de traitement d'un prêtre

250 € = 1 mois de complément de pension d'un prêtre aîné

560 € = 1 semaine de formation d'un séminariste

 

2018 Denier - Je fais un don

 

Facebook


Calendrier

Février, 2018
< << Aujourd'hui >> >
L M M J V S D
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28        

Facebook

FB

Widget don

2017 Denier - Widget

Widget Conférences

  Conference eglise et societe logo Widget

Publicite

Nuit des témoins
Je donne
Journée des fiancés
Conférence
Messe chrismale

 

Widget Newsletter

Inscrivez-vous aux newsletters

Widget Annuaire

 Widget Annuaire

Widget Rechercher document

 Widget Rechercher document

Widget Messes Info

Widget Messe Info