Eglise dans le monde rural : fragilités et espérance

Le monde rural subit des mutations depuis plusieurs années. La vie des communes, de la paroisse et des habitants sont profondément transformées, et la Vendée n’est pas épargnée. Sans regrets mais avec enthousiasme, cette nouvelle réalité du monde rural peut être pour les catholiques l’occasion de renouveler leur annonce de la Bonne Nouvelle.

 

CEV-n°174- Monde rural - Christian Merlet

 

3 questions à Christian Merlet,
agriculteur et diacre permanent dans la paroisse Saint-Jean-Baptiste des Collines à Saint-Malo-du-Bois.

 

Comment voyez-vous le rôle de l’Eglise dans le monde rural ?
L’Eglise est d’abord tout simplement une présence, avec ses membres, dispersés sur tout le territoire de notre paroisse. Je constate aussi que l’on vient facilement me parler, me confier des choses, des difficultés. Parler et être écouté, partager les joies et les peines de nos frères et sœurs proches de nous, c’est ainsi que je vis, très humblement, ma mission de diacre permanent sur cette terre du bocage vendéen. J’aime ainsi être présent dans les moments de fêtes, au sein de la commune, par exemple à la kermesse. Etre présent aussi à la peine des gens, lors des sépultures, je suis dans le fond de l’église pour être auprès des personnes en deuil et leur témoigner notre compassion.

 

Quels sont les difficultés mais aussi les signes d’espérance dont vous êtes témoin ?
Il y a un vrai terreau d’entraide et de fraternité, de travail en commun, même si je dois le reconnaître, l’individualisme nous guette parfois… Je suis aussi vraiment admiratif de la foi de certaines jeunes familles, qui s’engagent dans le sacrement du mariage, ou pour le baptême de leurs enfants. Leur foi est sincère, mais il n’existe pas chez eux la dimension communautaire, ce qui n’est pas propre seulement à l’Eglise. Lorsque nous les préparons à recevoir les sacrements, nous cheminons avec eux, nous essayons de les faire avancer, mais beaucoup voient l’Eglise comme une association de fidèles, pas comme la présence du Christ au milieu de ses disciples. C’est vrai qu’il n’y a plus autant de monde dans les églises, mais il y a des jeunes qui émergent et qui s’engagent. Nous avons proposé dans la paroisse un temps de rencontre avec les 30-50 ans pour un partage autour de la messe. Aujourd’hui, nous devons sans doute nous détacher de notre clocher pour penser et vivre au niveau de la paroisse, et même du doyenné. Chez les plus jeunes, il y a une vraie soif spirituelle, comme en témoigne leur joie lors des célébrations vécues avec l’école. Ils accueillent ce qui leur est donné, et cela peut leur donner un vrai sens à leur vie.


Comment envisagez-vous l’avenir du monde rural ?
Nous entendons souvent parler de la détresse du monde rural et agricole. Certes, il y a des difficultés pour l’agriculteur, celui que j’aime appeler « le jardinier des grands espaces ». N’oublions pas que la vocation de l’agriculteur est de nourrir les hommes, dans le respect de la nature, la Création, œuvre de Dieu. Le monde agricole dispose de nombreuses ressources. L’agriculteur est toujours en recherche d’adaptation à la nature, et plus il est en symbiose avec elle, plus il la respecte et sait en tirer le meilleur. Ici, dans le bocage, nous avons une agriculture à taille humaine. Je suis heureux de voir que des jeunes reviennent au métier, motivés, passionnés, compétents, ils vont vivre autrement que nous, mais c’est avec eux que l’avenir se construira. Le métier d’agriculteur est une vocation, aussi voir ces jeunes qui s’engagent est pour moi un beau signe d’espérance !

Catholiques en Vendée - N° 174 - mars 2019

 

C’est très beau de voir que la Vendée reste profondément rurale, il y a un fort ancrage au sol et à la terre

Vianney, éleveur dans le bocage

 

 

LES ASSISES DE L’EGLISE EN RURAL, 5 ANS APRÈS !

En mai 2014, se sont déroulées les assises de l’Eglise en rural, au Poiré-sur-Vie, en présence de 150 personnes, engagées au sein du diocèse. Cinq axes de travail avaient été évoqués par Marc Bertin, ancien permanent du CMR, engagé dans le diocèse de Cambrai, pour l’avenir des communautés chrétiennes. Ils restent toujours d’actualité et permettent à l’Eglise diocésaine de réfléchir : que l’Eglise renoue des liens de proximité avec les personnes du monde rural ; repérer les dynamismes, les solidarités pour les gens travaillent ensemble ; répondre aux attentes des personnes en questionnement sur le sens de leur vie ; adapter les structures ecclésiales pour rejoindre les personnes dans leurs réalités ; garder l’espérance pour construire et croire en l’avenir.

 

 

L’Eglise par le message d’espérance qu’elle véhicule, doit jouer un rôle de "phare dans la nuit".

Céline et Romain, habitants de Benet, membres du CMR

 

 

DATES À RETENIR…

Le thème du prochain congrès du CMR en 2020 sera « Oser porter la clameur du monde rural dans l’espérance ».
Les 24, 25 et 26 avril 2020, un rassemblement national rural aura lieu au foyer de Charité de Chateauneuf-de-Galaure (Drôme), sur le thème « Terres d’espérance 2020 ».

 

La vocation de l’agriculteur est de nourrir les hommes, dans le respect de la nature, la Création, œuvre de Dieu.

Christian Merlet, agriculteur, diacre permanent à Saint-Malo-du-Bois

 

 

Facebook


Calendrier

Août, 2019
< << Aujourd'hui >> >
L M M J V S D
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  

Agenda - Evêque de Luçon

Mgr Jacolin Widget - Agenda

Facebook

FB

Widget don

Denier 2019 - Widget

Widget Conférences

Soirees eglise et societe logo - Widget

Publicite

Denier
Pastorale du Tourisme
Bel été

 

Widget Newsletter

Inscrivez-vous aux newsletters

Widget Annuaire

 Widget Annuaire

Widget Rechercher document

 Widget Rechercher document

Widget Messes Info

Widget Messe Info