Guillaume Marionneau : « Ma foi s'est renouvelée au contact de la musique sacrée »

Guillaume Marionneau

Originaire de la Mothe-Achard, marié et père de trois enfants, Guillaume Marionneau est l'organiste titulaire de la cathédrale de Luçon. Avec l'association « Jeux d'orgue à la cathédrale de Luçon », dont il est le secrétaire, il organise des journées d'études internationales du 23 au 25 octobre prochains afin d'évoquer l'avenir du grand orgue Cavaillé-Coll de Luçon.

 

Il ne faut pas avoir le vertige pour être organiste à la cathédrale ! C'est en effet à plus de 10 mètres de hauteur que Guillaume Marionneau officie lorsqu'il joue à l'orgue. Ce qu'il apprécie le plus, c'est de venir jouer lorsque la cathédrale est vide, le soir. « C'est vraiment très ressourçant à ce moment-là, car c'est à la fois un moment de travail mais aussi un temps de prière que l'on vit. On parvient à une qualité d'écoute et à un accueil de la présence de Dieu qui habite ce lieu qui sont très forts », confie-t-il. Lorsqu'il raconte son parcours, Guillaume évoque la première fois où il a découvert l'orgue de la cathédrale, il n'a alors que 14 ans. « J'avais commencé le piano à l'âge de 7 ans puis je venais de commencer à jouer de l'orgue dans ma paroisse de la Mothe-Achard. Quand je suis venu avec mes parents assister à un concert à la cathédrale, j'ai vraiment été saisi par la force et le mystère qui se dégageaient de cet instrument. J'ai été séduit par le mystère de ce buffet d'orgue qui est immobile et majestueux, mais dont les sonorités remplissaient la cathédrale. » C'est la rencontre avec un univers musical qui ne le quitte plus désormais. « Si nous avions hérité de ma grand-mère un piano à la maison, mes parents n'étaient pas musiciens, mais ils ont toujours accompagné ma passion. J'ai lu beaucoup de livres, écouté beaucoup de disques pour découvrir toujours plus cet instrument », explique-t-il.


L'orgue introduit le chant, le soutient, le prolonge


Après son baccalauréat en 1993 et après avoir longuement réfléchi, Guillaume décide de s'orienter vers des études de musique : « Cela n'était pas naturel de faire de la musique mon métier ! Mon choix a été fait avec un peu d'hésitation, mais il a été vraiment confirmé au
cours de ma première année post-bac. Au début de mes études, j'ai eu des rencontres avec des morceaux d'orgue d'une rare profondeur spirituelle. Bien qu'ayant reçu une éducation chrétienne, je peux dire que ma foi s'est renouvelée au contact de la musique sacrée
», raconte-t-il. En 1999, il obtient le diplôme d'Etat de professeur d'orgue pour enseigner au conservatoire.

 

Après son service militaire, il est coopté par l'abbé Gaborit, qui est organiste à la cathédrale, pour prendre sa suite. Suite à un entretien avec Mgr Garnier, alors évêque de Luçon, Guillaume est nommé organiste et chef de choeur, à l'âge de 24 ans. Un an plus tard, il ouvre
à Luçon une classe d'orgue à l'école de musique du Pays né de la Mer. Depuis, il partage son temps entre ses cours (une vingtaine d'heures par semaine), sa présence à l'orgue de la cathédrale et des concerts dans le grand Ouest, en soliste ou avec d'autres musiciens. Guillaume assure ainsi toutes les solennités qui se déroulent à la cathédrale, la plupart des messes dominicales et environ la moitié des mariages et des sépultures (il confie avoir été marqué par la célébration des obsèques des victimes de la tempête Xynthia en 2010). « Lors des célébrations, l'orgue introduit le chant, le soutient, le prolonge. C'est un ajout important dans la liturgie, mais il l'est moins que l'expression de la Parole de Dieu à voix nue par exemple », précise-t-il.


Préoccupé par l'avenir du grand orgue Cavaillé-Coll de Luçon


En ce mois d'octobre, Guillaume Marionneau et l'association « Jeux d'orgue à la cathédrale de Luçon », organisent des journées d'études internationales, du vendredi 23 au dimanche 25, sur le thème : « Quel avenir pour le grand orgue de la cathédrale de Luçon ? ». « L'orgue d'Aristide Cavaillé-Coll date de 1855. Il a été restauré pour la dernière fois en 1970 par un facteur d'orgue alsacien, mais désormais il est empoussiéré et de plus en plus difficile à accorder. L'idée de ces journées d'études est de préparer l'avenir pour poser ainsi les premiers jalons d'une future restauration, sachant que tous les 50 ans, une restauration s'impose », explique le secrétaire de l'association. « Pour cela, ont été invités des acteurs de renommée internationale pour que la réflexion soit la plus riche possible. L'objectif est aussi de sensibiliser les représentants du ministère de la Culture qui seront présents à ce sujet, car l'orgue de la cathédrale, qui date d'avant la loi de 1905, est la propriété de l'Etat. Suite à ces journées d'études, il y aura une publication des débats, en espérant que cela fera connaître ce si bel instrument et ses besoins », conclut Guillaume Marionneau.


Anne Detter-Leveugle

 
 

Facebook


Calendrier

Novembre, 2017
< << Aujourd'hui >> >
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30      

Facebook

FB

Widget don

2017 Denier - Widget

Widget Conférences

  Conference eglise et societe logo Widget

Publicite

Don
Cycle mariage
Conférence
Cloture Jubilé
3 ouvrages

 

Widget Newsletter

Inscrivez-vous aux newsletters

Widget Annuaire

 Widget Annuaire

Widget Rechercher document

 Widget Rechercher document

Widget Messes Info

Widget Messe Info