Florence Levesque : « Avec l'aumônerie, insuffler la vie à l'hôpital d'une autre manière que les soignants »

CEV-n°155-Témoin-BD



Le 1er mars dernier, Florence Levesque a reçu du diocèse la mission de responsable d'aumônerie pour l'hôpital de Luçon. Forte d'une foi convaincue, impliquée seule ou avec son époux dans plusieurs engagements pastoraux, cette ancienne aide-soignante place au cœur de sa mission l'écoute et l'accompagnement des malades. A l'image du Christ, « qui est allé se donner aux plus souffrants. »

 

 

 

Avec bonne humeur et énergie, Florence raconte sa jeunesse à Luçon, à l'ombre de parents dont la foi guidait la manière de vivre et l'éducation de leurs trois enfants. « Ma mère était enseignante, mon père pépiniériste. » Enfant, elle est marquée par leurs différents engagements : catéchisme, participation à l'accueil de personnes errantes sur la paroisse.

 

Son premier souvenir de foi, elle le situe à 8 ans, lorsqu'à la cathédrale on lui demande de lire un texte lors de la nuit de Noël. Il y eut ensuite la chorale des enfants, et puis les scouts d'Europe, tous les 15 jours à Fontenay-le-Comte. « J'y ai fortifié ma foi en dehors du cadre familial, ce qui était fondateur. » Elle est fidèle au pèlerinage des jeunes à Lourdes, se rend aussi aux rencontres européennes de Taizé. Elle s'ouvre à l'œcuménisme, à l'importance de ne pas rester dans sa bulle. « J'aime qu'on puisse se sentir chrétien de manières multiples et différentes. »

 

Sa manière à elle d'être chrétienne, elle la trouve dans un besoin de demander au Seigneur des signes et des réponses pour sa vie. « Je ne suis pas une grande priante, si je peux dire. Mais à l'heure d'une épreuve ou d'un choix important, je demande au Christ : montre-moi que telle ou telle direction, c'est bien le chemin que tu veux pour moi. »

 

 

« Une foi devenue mienne »

 

Une grosse épreuve se présente, justement, dans le cadre professionnel. Dès 18 ans elle commence à travailler comme agent des hôpitaux à Luçon. Elle y subit un harcèlement moral quotidien qui l'ébranle sérieusement. « J'ai découvert la violence humaine, la méchanceté gratuite. » Un jour, un kiné toise la croix qu'elle porte au cou. « Il m'a dit : ne me dis pas que tu crois en ça ? » Elle doit changer de service. Seul point positif : la foi ne vacille pas. Au contraire. Florence crée une compagnie scoute pour les filles à Luçon, notamment. « Dans le harcèlement, la foi transmise est devenue la mienne. »

 

Avec la naissance de 3 enfants tous porteurs de difficultés de santé, Florence découvre en parallèle l'importance de la foi vécue avec son époux. « La foi, on s'y accroche tous les deux ». Le couple est engagé dans la préparation au baptême ainsi que dans une équipe Notre-Dame. Florence, elle, donne du temps à l'éveil à la foi et au catéchisme en milieu scolaire. Elle est également responsable des CM1 pour l' « école de prière » de la pastorale de catéchèse.

 

 

« Une belle mission »

 

Aujourd'hui, après une pause professionnelle de 7 ans, la prise en charge de l'aumônerie de l'hôpital est une nouvelle étape dans son parcours. « C'est une très belle mission. Mon rôle est essentiellement d'accompagner les bénévoles, et si besoin de structurer tel ou tel aspect de leur action. En tant que membres de l'aumônerie, nous devons être présents en trouvant notre juste place, que ce soit auprès des malades comme des soignants. »

 

Florence veut entendre et accompagner la souffrance. Y compris celle des soignants, qu'elle ressent avec justesse pour l'avoir été elle-même. Elle souhaite apporter dans les murs des pavillons sa joie de vivre, et en filigrane sa joie de croire. « Avant de partir visiter, nous prions. Si je ne le fais pas, cela me manque. » Bien sûr, les échanges vécus sont de tous ordres, et elle s'interdit tout prosélytisme. « Nous vivons avant tout la richesse de relations humaines, dont le contenu est absolument libre. »

 

Florence aborde avec humilité sa mission, attentive à une concertation constructive avec les 8 visiteurs et 10 « porteurs » de communion qui l'entourent. « Certaines personnes viennent voir les malades depuis vingt ans ! Je suis admirative et infiniment respectueuse de leur dévouement et de leur persévérance. »

 

 

Propos recueillis par Christophe Butruille

 

Emission : Ecclesia Magazine sur RCF Vendée, animé par Thomas Cauchebrais

 

 

Facebook


Calendrier

Novembre, 2017
< << Aujourd'hui >> >
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30      

Facebook

FB

Widget don

2017 Denier - Widget

Widget Conférences

  Conference eglise et societe logo Widget

Publicite

Don
Cycle mariage
Conférence
Cloture Jubilé
3 ouvrages

 

Widget Newsletter

Inscrivez-vous aux newsletters

Widget Annuaire

 Widget Annuaire

Widget Rechercher document

 Widget Rechercher document

Widget Messes Info

Widget Messe Info