Henri et Micheline Loizeau, signes d'Eglise

CEV-n°157-Témoin-BD

 

 

Le 30 septembre prochain, à 15h à Aizenay, Henri sera ordonné par notre évêque. Il deviendra le 53e diacre permanent en mission dans le diocèse. Il nous parle de sa vocation, de son appel, de sa vie d'hospitalier.

Avec Micheline, il nous évoque leur rencontre, l'accueil de leurs deux enfants venus d'Haïti et leur présence d'Eglise dans leur monde professionnel respectif.

 

 

« La lecture de la Bible m'a réorienté »

 

Originaire de Saint André d'Ornay, Henri Loizeau, 57 ans, a grandi dans une famille catholique, mais pas pratiquante. Parti assez jeune, le concours des Postes en poche, travailler en région parisienne, notre futur diacre a ressenti comme une absence. « A 25 ans, je cherchais à donner un sens à ma vie... puis j'ai commencé à lire la Bible. Cette lecture a réorienté ma vie. J'ai recommencé à aller à la messe. » Depuis cette époque et aujourd'hui encore davantage, Henri est pétri chaque jour par la Parole de Dieu : « Dans l'Ancien Testament, les histoires de Tobit et de Job me touchent beaucoup. On y trouve cette fidélité à Dieu dans les épreuves, une belle dimension d'espérance. Avec un passage du Siracide (2, 1-11), ces textes m'ont toujours beaucoup aidé dans les moments difficiles. »

 

Une famille sous le regard de Notre Dame de Lourdes

 

Revenu en Vendée, à Aizenay, en 1996, Henri Loizeau trouve « une vraie famille » comme il aime à la décrire, à travers l'Hospitalité Vendéenne, à laquelle il sera fidèle de nombreuses années. Lourdes fut ainsi le lieu de la rencontre avec Micheline, hospitalière depuis ses 21 ans, originaire de Chavagnes-les-Redoux. Par l'action de la Providence, ils se retrouvèrent au même pèlerinage, alors que chacun avait plutôt ses habitudes de service soit au printemps, soit en été. Micheline, figure attachante, très tôt engagée ecclésialement dans l'animation liturgique et le chant, est enseignante spécialisée auprès d'enfants en difficulté ou avec un handicap : « Cette orientation professionnelle a toujours été directement liée à ma foi, à mon chemin sur terre ! ».

 

Depuis son mariage en 2002, le couple est très investi dans la préparation au mariage du doyenné. « L'ordination diaconale resserre pour moi le sacrement du mariage », dit Micheline. « On demande aussi au diacre d'être diacre, c'est-à-dire serviteur, au sein de sa propre famille », rajoute Henri. La famille Loizeau ne serait pas complète sans évoquer Jean-Pierre et Lorens, 15 et 16 ans ½, venus agrandir le foyer le 11 février 2010 (fête de Notre-Dame de Lourdes, cela ne s'invente pas !). La longue procédure d'adoption bouclée ne devait pas déboucher à cause de refus de visas, mais « le tremblement de terre qu'a connu Haïti a accéléré les choses et a permis leur arrivée ».

 

Signes d'Eglise en milieu professionnel

 

L'appel au diaconat a débuté un jour de novembre 2011 quand leur curé, l'abbé Guy Bonnin, a demandé à Henri d'y réfléchir. « Cela nous est tombé dessus », se rappelle Henri, puis les questionnements et les doutes sont allés croissants, notamment chez Micheline qui ne se voyait pas « femme de diacre », mais qui opte aujourd'hui, de manière plus apaisée, pour être « l'épouse d'un mari qui est diacre ». La formation a commencé en 2014, doublée d'un accompagnement par une équipe de près de 14 personnes. Durant cette période, « cette figure du diacre serviteur que j'ai découverte m'a confortée dans mes choix antérieurs liés au soucis du plus petit », insiste Micheline. Quant à Henri, ce temps a permis un travail sur lui, réalisé en grande partie par la fréquentation assidue de la prière des Heures : « j'ai approfondi intimement ma relation avec Jésus-Christ ».

 

Cette nouvelle étape de vie offre même une source de discussion pour Henri et ses collègues à la Poste d'Aizenay. « J'essaye d'être un signe d'Eglise dans ma façon d'être, mais des discussions peuvent se nouer. Quand j'ai annoncé mon ordination, j'ai été très surpris, mes collègues l'ont bien accueillie. Cela a changé beaucoup de choses dans leur regard sur moi. On m'a dit : - maintenant si on a des problèmes on pourra venir t'en parler. C'est étonnant ! Les gens ne comprennent pas grand chose à l'Eglise, et donc sans a priori ils me posent des questions. Une collègue voulait vraiment en savoir plus, je lui ai donné à lire les Evangiles ».

 

 

 

Propos recueillis par Grégoire Moreau

 

Facebook


Calendrier

Novembre, 2017
< << Aujourd'hui >> >
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30      

Facebook

FB

Widget don

2017 Denier - Widget

Widget Conférences

  Conference eglise et societe logo Widget

Publicite

Don
Cycle mariage
Conférence
Cloture Jubilé
3 ouvrages

 

Widget Newsletter

Inscrivez-vous aux newsletters

Widget Annuaire

 Widget Annuaire

Widget Rechercher document

 Widget Rechercher document

Widget Messes Info

Widget Messe Info