Philippe et Yolande Rodier : « Les personnes handicapées, une vraie richesse pour l’Eglise »

CEV-n°169-Témoin-BD

 

Depuis plus de 100 ans, le pèlerinage du Rosaire offre chaque année à des milliers de pèlerins à Lourdes la grâce d’un temps fort dans leur vie de prière et de foi, un ressourcement auprès de Notre Dame. Parmi ces pèlerins d’octobre se trouvent Philippe et Yolande Rodier. Responsables de la pastorale des personnes handicapées dans le diocèse, ils quittent Brétignolles-sur-Mer chaque automne pour se rendre dans la cité mariale avec leur fille Stéphanie. Polyhandicapée, « miraculée à la naissance », cette jeune femme de bientôt 39 ans ne manquerait pour rien au monde ce pèlerinage auprès de la Vierge Marie.

 

 

 

Pour Philippe et Yolande, le voyage vers Lourdes n’est jamais de tout repos : « Avec de grands cris de joie et d’impatience dans la voiture, dès qu’elle aperçoit les Pyrénées, Stéphanie nous montre combien elle est heureuse d’aller en pèlerinage auprès de la Vierge Marie et d’y participer avec le « Service des Enfants immaculés », racontent-ils en souriant. Cela fait des années que le couple revient chaque mois d’octobre dans la cité mariale. « La première fois que nous sommes venus pour le pèlerinage du Rosaire, c’était grâce à ma maman qui nous l’avait offert en 1990 », dit Philippe. « Après ce premier pèlerinage auprès de la Vierge Marie, présence aimante et consolatrice, nous avons décidé d’y revenir avec notre fille. Nous devons vraiment beaucoup à Lourdes ! ».

 

A cette époque, le couple vient de vivre dix années difficiles, qui font suite à la naissance de leur troisième enfant, Stéphanie, née le 11 novembre 1979. Ce jour-là restera à jamais gravé dans la mémoire et le cœur des Rodier. L’accouchement se passe mal, une césarienne doit être pratiquée en urgence. Pendant de longues heures d’angoisse, sans savoir ce qui se passe derrière les portes du bloc, Philippe attend. « Je me souviens avoir supplié le Seigneur : « S’il te plaît, ne me demande pas de choisir entre ma femme et mon bébé ». Les médecins lui annoncent alors que la maman est sauvée mais que la petite fille qui vient de naître, après trente minutes de réanimation, est très faible : 2 kilos, 40 centimètres. Philippe accuse le coup, « ce fut un vrai tsunami », mais il se démène pour trouver un aumônier. « Stéphanie a été baptisée à l’hôpital, au bout de quelques jours de vie ».

 

A un an, la fillette ne tient pas assise, à deux ans, elle n’entend pas bien et elle ne marche qu’à l’âge de 5 ans. « Nous avons découvert les handicaps au fur et à mesure, on nous a dit qu’il y avait eu un manque d’oxygénation pendant la grossesse », explique Yolande, « mais nous n’avions pas le temps de nous révolter ». Ce qui les fait tenir, c’est leur volonté de vivre et leur foi malgré l’épreuve du handicap face au chagrin, à la fatigue et aux attitudes parfois ahurissantes de quelques médecins. « Elle est encore là, elle ? », demande ainsi l’un d’eux, un jour en voyant Stéphanie, alors que ses parents sont venus pour une consultation !

 

Un soutien fraternel auprès des communautés « Foi et Lumière »

 

Tout en conciliant sa vie familiale avec celle de son entreprise d’électricité à Brétignolles-sur-Mer et son engagement au sein de la paroisse, le couple trouve un vrai soutien auprès des communautés « Foi et Lumière » qui regroupent en Vendée près de 150 personnes, familles et proches de personnes handicapées. « Il y a une vraie fraternité. Bien souvent, on ne sait même plus qui est le parent de l’un ou l’autre car nous sommes tous ensemble, il existe une belle amitié entre nous », soulignent Philippe et Yolande. Les rencontres se déroulent en plusieurs temps : la prière, le partage et la fête. Ce sont trois dimensions inséparables et nécessaires : Philippe et Yolande Rodier l'ont à cœur. Responsables de la pastorale des personnes handicapées depuis 2015, tous deux œuvrent avec ardeur pour leur donner une place au sein de l’Eglise, bien conscients aussi que « le handicap fait peur parfois ».

 

« Les personnes handicapées ont vraiment beaucoup de choses à nous apprendre. Elles ne voient pas le monde avec les mêmes yeux que les nôtres. Aujourd’hui, il faut être rapide, efficace pour réussir ! Cela ne marche pas avec elles ! », dit Philippe qui ajoute : « Pleines de vie et d’humour, elles sont une vraie richesse pour nous, un bel exemple pour les relations humaines et pour notre relation à Dieu, qu’elles vivent avec simplicité ». C’est ce que les Rodier vivent avec Stéphanie, choyée par ses parents mais aussi son frère et sa sœur aînés, lorsqu’elle revient régulièrement à Brétignolles pour un week-end en dehors de son foyer du Poiré-sur-Vie.

 

« Au cœur de nos fragilités, un trésor caché »

 

En mars 2019, se déroulera un grand rassemblement provincial, organisé par la pastorale des personnes handicapées des diocèses de l’ouest. Le thème est évocateur : « Au cœur de nos fragilités, un trésor caché. Ensemble découvrons nos talents ». Philippe explique comment se déroulent les préparatifs de cette fête : « Nous devons faire avec eux et non pas à leur place, sinon cela ne marche pas ! ».

 

Anne Detter-Leveugle

Catholiques en Vendée n°169 - Octobre 2018

 

Facebook


Calendrier

Décembre, 2018
< << Aujourd'hui >> >
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            

Agenda - Evêque de Luçon

Mgr Jacolin Widget - Agenda

Facebook

FB

Widget don

2018 Denier - Widget

Widget Conférences

Soirees eglise et societe logo - Widget

Publicite

Relais Pascal 2020
Jeûne et prière
16 janvier 2019
Soirées Eglise et Société

 

Widget JMJ

2019 Panama Logo - Widget

Widget Newsletter

Inscrivez-vous aux newsletters

Widget Annuaire

 Widget Annuaire

Widget Rechercher document

 Widget Rechercher document

Widget Messes Info

Widget Messe Info