Matthieu Le Truédic : « Je suis heureux d’avoir servi l’Eglise en Vendée »

CEV-n°175-Témoin-BD

 

 

A quelques semaines de son départ du diocèse de Luçon, Matthieu Le Truédic a accepté de se confier sur sa mission d’économe diocésain. Une fonction délicate qu’il a rempli depuis six ans avec bienveillance, et toujours ce même souci de servir l’Eglise, de la conseiller dans le domaine financier et immobilier, mais aussi de veiller aux conditions de vie des prêtres.

 

 

 

 

 

Celui qui était, il y a quelques années, « le plus jeune économe diocésain de France » a maintenant une solide expérience, reconnue au-delà de la Vendée ! Après quatorze ans de bons et loyaux services, d’abord comme juriste puis économe adjoint et économe diocésain depuis 2013, Matthieu Le Truédic s’apprête à rejoindre le Finistère. Le 1er juillet prochain, il deviendra l’économe du diocèse de Quimper et Léon, un poste vacant suite à un départ en retraite ; il retrouvera ainsi une partie de ses racines bretonnes paternelles et des souvenirs d'enfance, ayant effectué une grande partie de sa scolarité à Quimper.

La décision de quitter le diocèse de Luçon a été longuement murie dans le temps et la prière par ce jeune père de famille, né à la Roche-sur-Yon. Lors des moments décisifs ou difficiles, il aime « réciter la prière d’abandon du bienheureux Charles de Foucauld ». Ses années en Vendée resteront celles qui lui ont permis de rencontrer son épouse, en 2013, de se marier et de voir naître ses trois enfants. Sur le plan professionnel, cette expérience vendéenne lui a permis d’aller à la rencontre de tous les acteurs diocésains, prêtres, laïcs, conseils économiques des paroisses, avec toujours ce souci de la proximité et de l’écoute, apprécié par ses interlocuteurs.

Celui qui a commencé sa carrière dans l’administration territoriale a découvert au fil des ans la lourde charge qui repose sur les épaules de l’économe diocésain, « qui relève à la fois de l’équilibriste et du diplomate ! ». Les missions de l’économe sont diverses, mais Matthieu pointe deux éléments importants : « Concernant l’aspect financier, il est chargé de donner les moyens à l’évêque d’assurer la pastorale, c’est-à-dire l’annonce de l’Evangile. Le deuxième aspect concerne l’attention morale et matérielle aux prêtres afin de leur permettre d’avoir des conditions de vie décentes ». L’un de ses axes de travail a été d’accompagner plusieurs chantiers diocésains d’envergure : après la fermeture de la maison de retraite du clergé à Martinet, « non sans douleur », il a supervisé les travaux d’agrandissement de la maison du Landreau. « Je me réjouis de voir maintenant le cadre de vie des résidents », confie Matthieu, qui a toujours veillé à l’accompagnement des prêtres aînés, le travail de son épouse auprès d’eux comme infirmière ayant aussi joué un rôle dans cette attention. Autre chantier récent supervisé, celui du Relais Pascal aux Sables, qui est en cours de réalisation.

 

 

RECONNAISSANT ENVERS SES AÎNÉS

 

Pour remplir ses différentes missions, Matthieu Le Truédic a toujours pu compter sur la confiance de son prédécesseur, Denis Saulnier, et de Monseigneur Castet, évêque émérite de Luçon, confiance renouvelée par Monseigneur Jacolin. Il leur en est profondément reconnaissant : « Nous avons beaucoup à apprendre de nos aînés », exprime t-il avec gratitude. Au cours des dernières années, « et dans une période de rationalisation des dépenses, Matthieu a su conseiller l’évêque pour réduire les coûts de fonctionnement de nos structures et guider peu à peu la communauté diocésaine vers une baisse des emplois salariés, tant au niveau des administratifs que des laïcs en mission ecclésiale », souligne l’abbé Jean Bondu, vicaire général. Si ces choix n’ont pas toujours été bien compris, ils étaient devenus nécessaires, « pour éviter d’aller dans le mur ! ». En parallèle, Matthieu Le Truédic a toujours veillé à maintenir les ressources diocésaines, notamment par la recherche de legs, des placements sûrs et des ventes immobilières.

 

 

PROXIMITÉ ET RENCONTRE DES ACTEURS PASTORAUX

 

Appréciant le travail au sein de son équipe à l’économat, régulièrement sur le terrain, il a accompagné des curés et des conseils économiques dans divers projets paroissiaux (restauration de presbytères notamment), ne ménageant pas sa peine pour communiquer sur les finances du diocèse, et lutter contre les idées reçues, toujours tenaces, comme celle qui dit que l’Eglise est riche ou que les prêtres sont payés par l’Etat ! Aujourd’hui, face à un tassement du nombre de donateurs, il estime que « l’un des enjeux est que chacun prenne conscience qu’un don, même minime, est essentiel pour continuer la mission de l’Eglise ». En effet, le denier permet d’assurer le traitement aux prêtres, en activité ou à la retraite, ainsi que la formation des séminaristes.

Alors qu’il s’apprête à laisser sa mission, dans quelques semaines, Matthieu confie qu’il lui faut lâcher prise et faire confiance à l’Esprit Saint. Même s’il quitte la Vendée, il se dit « heureux de pouvoir continuer à servir l’Eglise ! ».

  

 

Anne Detter-Leveugle

Catholiques en Vendée n°175 - Avril 2019

 

Facebook


Calendrier

Septembre, 2019
< << Aujourd'hui >> >
L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30            

Agenda - Evêque de Luçon

Mgr Jacolin Widget - Agenda

Facebook

FB

Widget don

Denier 2019 - Widget

Widget Conférences

Soirees eglise et societe logo - Widget

Publicite

Denier
Pastorale du Tourisme
Bel été

 

Widget Newsletter

Inscrivez-vous aux newsletters

Widget Annuaire

 Widget Annuaire

Widget Rechercher document

 Widget Rechercher document

Widget Messes Info

Widget Messe Info